dimanche 5 avril 2020

Le Boléro de Ravel par l'Orchestre national de France en #confinement #ensembleàlamaison


.



"En attendant de vous revoir Dans la période délicate que nous traversons, les musiciens de l'Orchestre National de France
ont souhaité, malgré la distance, jouer ensemble pour offrir et partager avec chacun
ce qu'ils savent le mieux faire : de la musique."



.
.

samedi 4 avril 2020

Les Indes galantes by J-P. Rameau : "Forêts paisibles"


.


La force de la Vie traverse les siècles et les cultures...

Merci Philippe et Monique

.
.

vendredi 3 avril 2020

Les joies du confinement...


.



Merci Michel.

.


jeudi 2 avril 2020

Un peu de tendresse ...


.


Merci Martine !

.

mercredi 1 avril 2020

In & Out

.


"Si vous ne pouvez aller dehors, allez dedans"

Petit résumé : 

Outside/Dehors : toutes les situations, collectives et individuelles, les pensées sur ces situations et les émotions qui vont avec...
Inside/Dedans : le Silence, l'Immobilité, la Présence de notre vraie nature impersonnelle

Le passage  l'acceptation complète de l'émotion

la maîtrise très ferme des pensées
le retournement de l'attention vers la source des pensées et des émotions

Où et Quand ?  Ici et Maintenant. 


.
.

mardi 31 mars 2020

Londres



.

Lockdown by Richard Hendrick (1) ... from BBC London




Confinement par Richard Hendrick...de radio BBC Londres
Oui, il y a la peur, oui, il y a l'isolement, oui,  il y a des achats de panique, oui, il y a la maladie et oui, il y a même la mort.
Mais on dit qu'à Wuhan après tant d'années de bruit, on peut entendre les oiseaux de nouveau.
On dit qu'après quelques semaines de tranquillité, le ciel n'est plus épaissi de fumées mais bleu, et gris, et clair.
On dit que dans les rues  d'Assise les gens chantent les uns pour les autres par delà les squares vides, laissant leurs fenêtres ouvertes pour que ceux qui sont seuls puissent entendre le bruit des familles autour.
On dit qu'un hôtel dans l'Ouest de l'Irlande offre des repas gratuits qu'il livre à ceux qui sont confinés.
Aujourd'hui, une jeune femme que je connais s'affaire à distribuer des tracts avec son numéro de téléphone à tout son voisinage pour que les plus âgés aient quelqu'un à appeler.
Aujourd'hui, des églises, des synagogues, des mosquées, des temples se préparent à accueillir et héberger des sans abris, des malades, ceux qui sont au bout du rouleau.
Dans le monde entier, les gens ralentissent et réfléchissent
Dans le monde entier, les gens regardent leurs voisins d'une nouvelle manière
Dans le monde entier, les gens s'éveillent à une nouvelle réalité. 
À notre  grandeur, vraiment
au peu de contrôle que nous avons, vraiment
à ce qui compte, vraiment
à l'amour.
Nous prions et nous nous rappelons que,
oui, il y a la peur, mais il n'est pas nécessaire qu'il y ait la haine,
oui, il y a l'isolement mais il n'est pas nécessaire qu'il y ait la solitude
oui, il y a des achats de panique mais il n'est pas nécessaire qu'il y ait la méchanceté,
oui, il y a la maladie mais il n'est pas nécessaire qu'il y ait le désespoir de l'âme,
oui, il y a même la mort mais il peut toujours y avoir la renaissance de l'amour.
Soyez conscients des choix que vous faîtes pour vivre ici et maintenant.
Aujourd'hui, respirez.
Écoutez, derrière les bruits de votre fabrique de peur, les oiseaux chantent de nouveau, le ciel s'éclaircit, le printemps arrive.
Et nous sommes toujours entourés d'amour.
Ouvrez les fenêtres de votre âme et même si vous ne pouvez pas toucher les autres par delà le square vide, chantez !
(1)  Richard Hendrick est un frère capucin qui vit en Irlande.
      Son poème a été écrit le 13 mars 2020

lundi 30 mars 2020

La citation du lundi


.


"La grotte dans laquelle tu as  peur d'entrer 
contient peut-être la lumière que tu cherches."

Merci à notre ami Sadat Khan qui nous envoie cette image depuis Delhi. 



.

dimanche 29 mars 2020

No More Fight Left In Me / Imany


.



La chanson du film de Woman d' Anastasia Mikova & de Yann Arthus Bertrand

.

vendredi 27 mars 2020

jeudi 26 mars 2020

Quelques mots de Jetsunma



.




Après avoir annoncé l'annulation de sa tournée aux USA et autres pays
 Jetsunma Tenzin Palmo ajoute : 


"At this time of a worldwide pandemic, it is important to keep a sens of perspective and to act sensibly. In particular, be sur to stock up on essential commodities such as empathy and a good sense of humour !
This is a time for courage and common sense.
While the media works hard to stir up more paranoia, we can be grateful for the Dharma and cultivate the antidotes to fear and self-graping - including compassion, tonglen practice and loving awareness - that often arise at times like these.
We can be kind - to ouselves and to others. Slow down and take time to be. What a unique opportunity to reflect on just how much the Dharma is genuinely in our heart and actions !
May you, your loved ones and all beings be well and happy."

Tenzin Palmo
Texte publié sur le site de Dongyu Gatsal Ling.

" En ces temps de pandémie mondiale, il est important de garder le sens des perspectives et d'agir avec sensibilité. Assurez vous en particulier d'avoir une réserve de denrées essentielles telle que l'empathie et un bon sens de l'humour !
C'est un temps pour le courage et le bon sens.
Pendant que les médias travaillent dur pour faire monter la paranoia, nous pouvons être reconnaissants envers le Dharma et nous pouvons cultiver les antidotes de la peur et de l'egocentrisme - comme la compassion, la pratique de tonglen et la conscience bienveillante - qui souvent surviennent dans des moments pareils.
Nous pouvons être gentils - envers nous-même et envers les autres. Ralentissons et prenons le temps d'être. Quelle chance unique de juste voir à quel point le Dharma est vraiment dans nos coeurs et dans nos actions !
Puissiez vous, vous-même, ceux que vous aimez et tous les êtres, être en paix et heureux."


.



mercredi 25 mars 2020

Sauvage

.


Un moment de pur émerveillement devant la beauté, la perfection naturelle ...

.

mardi 24 mars 2020

Venise




.

"Je vous écris d’une ville coupée du monde. Nous vivons ici dans une parfaite solitude qui n’est pas le vide. Nous prêtons chaque jour un peu moins attention à ce que nous ne pouvons plus faire car Venise, en ces jours singuliers, nous ramène à l’essentiel. La nature a repris le dessus. L’eau des canaux est redevenue claire et poissonneuse. Des milliers d’oiseaux se sont installés en ville et le ciel, limpide, n’est plus éraflé par le passage des avions. Dans les rues, à l’heure de la spesa, les vénitiens sont de nouveau chez eux, entre eux. Ils observent les distances, se parlent de loin mais il semble que se ressoude ces jours-ci une communauté bienveillante que l’on avait crue à jamais diluée dans le vacarme des déferlements touristiques. Le tourisme, beaucoup l’ont voulu, ont cru en vivre, ont tout misé sur lui jusqu’à ce que la manne se retourne contre eux, leur échappe pour passer entre des mains plus cupides et plus grandes, faisant de leur paradis un enfer.


Venise, en ces jours singuliers, m’apparaît comme une métaphore de notre monde. Nous étions embarqués dans un train furieux que nous ne pouvions plus arrêter alors que nous étions si nombreux à crever de ne pouvoir en descendre! A vouloir autre chose que toutes les merveilles qu’elle avait déjà à leur offrir, les hommes étaient en train de détruire Venise. A confondre l’essentiel et le futile, à ne plus savoir regarder la beauté du monde, l’humanité était en train de courir à sa perte. Je fais le pari que, lorsque nous pourrons de nouveau sortir de nos maisons, aucun vénitien ne souhaitera retrouver la Venise d’avant. Et j’espère de tout mon coeur que, lorsque le danger sera passé, nous serons nombreux sur cette Terre à refuser de réduire nos existences à des fuites en avant. Nous sommes ce soir des millions à ignorer quand nous retrouverons notre liberté de mouvement. Soyons des millions à prendre la liberté de rêver un autre monde. Nous avons devant nous des semaines, peut-être des mois pour réfléchir à ce qui compte vraiment, à ce qui nous rend heureux."


Peace
Texte d'un confiné de Venise ?
Merci Christine
.

lundi 23 mars 2020

dimanche 22 mars 2020

HA

.


Surtout, ne pas oublier l'humour !

Merci Catherine.

.
.

samedi 21 mars 2020

Le printemps / Antonio Vivaldi /Itzhak Perlman & Israel Philharmonic Orchestra


.
C'est le printemps aujourd'hui :



"Il n’y a qu’un crime, c’est de désespérer du monde. Nous sommes appelés à pleins poumons à faire neuf ce qui était vieux, à croire à la montée de la sève dans le vieux tronc de l’arbre de vie. Nous sommes appelés à renaître, à congédier en nous le vieillard amer !!!"

Christiane Singer, Derniers fragments d'un long voyage.

.

vendredi 20 mars 2020

Rendez-vous


.




Tous les matins nous sommes sur nos coussins de méditation de 7h à 8h. 
Nous vous proposons de nous rejoindre soit à 7h soit à 7h30. Le confinement est un temps  favorable pour le retrait et donc la méditation. Une méditation sur l'Essentiel : Silence, Immobilité, Présence. S'appuyer sur des conditions exceptionnelles et sur un rendez-vous commun est une grande aide.

Et le soir, nous vous proposons à 19h un temps de gratitude.
Simplement,  exprimer à voix haute, même si on est seul, tout ce pour quoi nous avons de la gratitude. Et s'il n'y a pas de gratitude, juste rester en silence.

Ceci dit il y a plein d'autres manières d'exprimer sa gratitude. 
Nous savons que certains applaudissent tous les soirs les soignants... Tous ces gens qui dans l'urgence continuent à faire leur métier. 

Nous recevons des mails tous les jours d'EDF, du service de l'eau, de la poste, de la banque.... 

Il y a en effet tous ces organismes, ces entreprises qui continuent à fonctionner pour que nous puissions avoir de l'eau, de l'électricité, du chauffage.
Il y a toutes ces personnes qui oeuvrent pour que l'épicerie bio, la grande surface, la pompe à essence, la pharmacie continuent à être approvisionnées, et tous ceux qui font que nous  puissions y être servis. Et en amont toutes celles et ceux qui continuent à produire, des aliments, des médicaments, des objets de première nécessité mais aussi de l'information, des jeux, du divertissement pour informer, occuper le temps de ceux qui sont confinés et tournent en rond dans leur petit appartement.
Ça en fait du monde !

Exprimer sa gratitude pour tout ce monde mais aussi pour la nature - qui respire un peu mieux depuis que nos activités humaines ont ralenti - pour les animaux, les arbres, le ciel, l'eau des rivières, l'immensité de l'océan, la grandeur des montagnes c'est aussi,  sans nier les difficultés du moment, tourner notre attention vers la partie de la situation qui est bien souvent délaissée, notre tendance étant  de nous occuper surtout des "problèmes".

Exprimer sa gratitude c'est envoyer des vibrations d'ouverture, de reconnaissance, allez, osons le dire, d'amour.

.

jeudi 19 mars 2020

Message d'Amma sur le coronavirus


.


« Avec la propagation du coronavirus dans de plus en plus de pays, les gens du monde entier ressentent beaucoup de peur, d’anxiété et de confusion. Tout le monde devrait prier intensément et travailler ensemble pour surmonter la situation et supporter ces temps difficiles.
L’ashram d’Amritapuri a reçu des instructions des départements de santé du gouvernement Central et de l’État du Kerala, qui nous ont dicté certaines mesures de précaution et de prévention que nous devons suivre. Chacun doit comprendre la gravité de la situation et coopérer. Une légère négligence de notre part pourrait être désastreuse, c’est pourquoi Amma espère que vous comprenez tous.
Amma n’a peur de rien, pas même de la mort. Mon seul désir est d’embrasser les gens, de les consoler et de leur apporter du réconfort quand ils sont en détresse, et ce jusqu’à mon dernier soupir. Au cours des 45 dernières années, Amma n’a pas annulé un seul programme en raison de désagréments physiques, de la peur des circonstances, d’un désastre ou d’une épidémie. Cependant, Amma a la responsabilité d’adhérer aux directives des autorités lorsque le monde entier est saisi par la peur de cette pandémie.
La spiritualité et le Vedanta nous apprennent à ne pas fuir les situations difficiles de la vie, mais à y faire face courageusement. Mais comment faire dans la situation actuelle ? C’est comme si un terroriste attendait devant chez vous. Dès que vous ouvrez la porte et que vous sortez, il vous attaque. La situation est similaire avec ce virus. Nous n’avons donc guère le choix. Dans le scénario actuel, nous ne pouvons que prendre les précautions nécessaires et prier pour la grâce divine.
Ceux qui viennent en Inde de l’étranger, ceux qui sortent de l’Inde et même ceux qui voyagent à l’intérieur du pays doivent suivre les précautions recommandées et être très prudents pour qu’ils soient protégés. Si l’une des centaines de personnes voyageant en avion est atteinte du virus, celui-ci pourrait alors se propager à d’autres passagers. Soyez donc très prudents lorsque vous entrez dans le pays et que vous voyagez en général.
Le comportement égoïste de l’homme envers la nature lui revient maintenant sous la forme de telles épidémies. En 2002, Amma a prévenu que des tragédies comme celle-ci et des calamités naturelles pourraient se produire dans le monde. C’est alors qu’Amma a commencé à chanter « Om lokah samastah sukhino bhavantu » (que tous les êtres de l’univers soient heureux et en paix) quotidiennement à l’ashram et lors de ses tournées, et a encouragé ses dévots du monde entier à le chanter également quotidiennement. Il y a deux ans, nous avons commencé la « Méditation des Fleurs Blanches » pour la paix dans le monde parce qu’Amma pensait aussi que certaines difficultés allaient survenir en 2020.
Alors, offrons nos prières les plus sincères au divin et prions pour la grâce tout en faisant le plus d’efforts possible. De cette façon, puissions-nous être capables de surmonter cette situation difficile à laquelle l’humanité est confrontée. Avec la grâce, que la situation actuelle revienne bientôt à la normale. »     
 Amma

Texte publié sur le site d'Amma.

mercredi 18 mars 2020

Dîtes-leur de viser haut / Sophie et Éric Edelmann

.



Un extrait...très utile par les temps qui courent...

" L'une des erreurs les plus répandues consiste à confondre la pratique sur les pensées avec celle sur les émotions. Si on s'accorde sur le terme de "maternelles" ou "féminines" pour décrire les qualités d'accueil, de réceptivité, d'ouverture et de compassion, alors on peut dire que nous sommes appelés à manifester une attitude maternelle vis-à-vis de notre monde émotionnel. Si on désigne comme "paternelles" ou "masculines"les qualités tout aussi nécessaires de discipline, de fermeté et de discernement, alors on comprend que ce sont ces qualités précises qui sont requises face au monde de pensées négatives et destructrices, face à la folie du refus, du déni et du mensonge. Or, le conditionnement le plus répandu, l'attitude considérée comme normale parce que personne ne nous a montré autre chose, est fonctionner très rigoureusement... à l'inverse ! Faire preuve de qualités paternelles dans le pire sens du terme, c'est manifester une sévérité vis-à-vis de nos émotions, en cherchant à les faire disparaître par la répression, le déni, le jugement, le refoulement. Et, tout au contraire, on peut adopter une attitude féminine, au plus mauvais sens du terme, en étant complaisant, confus et laxiste avec nos pensées mécaniques, les laissant se déployer et même s'emballer sans contrôle. Cette confusion entre les approches paternelle et maternelle du monde intérieur compromet non seulement la santé psychologique mais aussi la santé spirituelle."

Sophie Edelmann
in " Dites-leur de viser haut"  chapitre "Emerger de la négativité" page 104/105
Le Relié "Spiritualités"

.

mardi 17 mars 2020

Soyons sérieux et responsables


.

Affiche de l'artiste Matthieu Persan qui relaie le message des soignants.


Méditons, ayons de la gratitude pour le printemps qui continue...
Envoyons notre soutien par le coeur à ceux qui soignent, vendent des médicaments, de la nourriture, à tous ceux qui continuent de faire tourner la boutique...
Passons au minimum à "moi et les autres", peut-être même à "les autres et moi" en ne prenant pas le risque d'engorger les services hospitaliers...
Utilisons pour le coup la technologie pour rester en lien par téléphone, par mail...
Nous pouvons même prendre appui sur la situation 
pour passer du mode relation au mode communion : 
la communion n'a pas besoin de présence physique. 
Passons en mode 3 !

.

.

.
.


lundi 16 mars 2020

Confinement

.



Depuis quelques jours déjà, et sur la recommandation du bon sens et du médecin, nous sommes en confinement. Alain de par son âge et surtout les traitements très lourds qu'il vient juste de terminer doit prendre les précautions maximum pour ne pas être en contact avec le coronavirus. C'est son intérêt et celui de ceux qui l'aiment mais aussi l'intérêt général car il y a fort à parier que son cas nécessiterait le temps et l'attention des soignants.
Nous sommes dans les conditions "luxueuses", dans un village, dans une maison entourée d'un petit jardin. Pas de problème donc.
La période est très propice à l'observation du mental. Pas celui des autres, le nôtre. Si nous considérons que tout, absolument TOUT ce que nous voyons à l'extérieur ou ce que les médias nous montrent - les médias courants, ceux que la plupart regardent - est en réalité aussi à l'intérieur de nous. Et ce qui nous est montré, c'est la peur et son cortège de réactions, des plus visibles, voire des plus grossières, aux plus subtiles.
Ce virus est nouveau, et l'absence de connaissances certaines nous confronte collectivement à la peur de l'inconnu. Plus radicalement, cette épidémie nous ramène à la peur fondamentale de la mort qui est le point commun de tous les humains non réalisés. Donc, pas la peine de nous flageller si nous sommes inquiets, si nous ressentons de la peur, c'est juste le lot commun. Prétendre ne pas éprouver de peur est une illusion, une base de départ erronée qui ouvre la porte à toutes les surenchères...inconscientes.
La peur n'est jamais très loin de la colère. La colère en effet a l'immense avantage de mobiliser l'énergie que la peur paralyse. Sans aller jusqu'aux théories complotistes à la recherche de coupables divers et variés en fonction des opinions de la personne ou du groupe qui s'exprime, on observe des mouvements divers de colère contre les autorités qui en font trop ...ou pas assez. Il y a toujours un problème, et il est dehors.
Je vois aussi la tentation de l'information à tout crin. L'information est nécessaire. Je parle ici de l'addiction aux informations et chaînes en continu, des recherches frénétiques sur Internet qui tentent de manière névrotique de maîtriser et de comprendre un phénomène qui nous échappe et qui ont en général comme conséquence une augmentation de la peur.
Face à une période inédite qui s'ouvre devant nous, puisque si l'humanité a déjà connu des épidémies dévastatrices - et d'autant plus dévastatrices que les connaissances scientifiques étaient insuffisantes pour en saisir la nature même et qu'elles n'étaient pas anticipées - nous avons tendance à chercher une forme, même dérisoire, de sécurité : accumulation de réserve de nourriture ou autre, parfois jusqu'à l'absurde, échange d'informations circulant sur Internet qui se révèlent peu fiables pour lutter contre le virus. Notre habituelle tendance à nous demander ce qu'il y a à FAIRE. 
Enfin, je vois aussi comme manifestation de la peur le refus de s'informer, le déni de la gravité de la situation, les refus de la loi et des précautions demandées par les gouvernements sous prétexte de liberté ou de convivialité. Certains ne vont-ils pas jusqu'à affirmer que la seule épidémie serait celle de la peur, comme si l'ensemble des scientifiques, des gouvernants et des humains de la planète étaient pris de folie et qu'ils étaient les seuls à demeurer lucides ?
Pas de jugement, toutes ces réactions sont juste l'échantillonnage classique des réactions humaines devant l'inconnu et la prise de conscience de notre finitude. Ces réactions sont d'autant plus fortes que notre société matérialiste et technologique nous donne l'illusion de la maîtrise de la matière et a fait disparaître la mort de nos préoccupations.
Et voilà qu'un petit virus de quelques nanomètres vient nous rappeler notre vulnérabilité ...
"Tout ce qui vient à vous vient à vous comme un défi et une opportunité."
Le premier défi est peut-être de reconnaître notre vulnérabilité...au virus et à la peur.
Tranquillement.
L'opportunité est immense en cette période troublée de chercher au milieu de l'agitation du mental, le centre immobile, en deça de la peur de la mort, l'Indestructible.
Bonne pratique.

.






dimanche 15 mars 2020

L'Ile aux Cygnes / Michel Graillier

.


Pour Monique, une fidèle parmi les fidèles du blog ...

.

samedi 14 mars 2020

Lumière / Graeme Allwright


.


Il nous a quittés le 15 février....

Merci Benoît.

.

vendredi 13 mars 2020

Pour Greta ...


.


Sacré Capitaine Haddock !

.

jeudi 12 mars 2020

Shri Chandra swami Udasin


.


C'était il y a une semaine, le 5 mars...
Hari OM, Swamiji, pour vos 90 ans .

.

mercredi 11 mars 2020

Être heureux....



;



"Chaque individu croit qu'il sera heureux demain, s'il est plus riche, plus considéré, plus aimé, s'il change de partenaire sexuel, de voiture, de cravate ou de soutien-gorge. (...) Le bonheur de demain n'existe pas. Le bonheur, c'est tout de suite ou jamais. Ce n'est pas organiser, enrichir, dorer, capitonner la vie, mais savoir la goûter à tout instant. c'est la joie de vivre, quelles que soient l'organisation et les circonstances. C'est la joie de boire l'univers par tous ses sens, de goûter, de sentir, entendre, le soleil et la pluie, le vent et le sang, l'air dans les poumons, le sein dans la main, l'outil dans le poing, dans l'oeil le ciel et la marguerite. Si tu ne sais pas que tu es vivant, tout cela tourne autour de toi sans que tu y goûtes, la vie te traverse sans que tu ne retiennes rien des joies ininterrompues qu'elle t'offre."

René Barjavel


.

mardi 10 mars 2020

lundi 9 mars 2020

La citation du lundi

.



Observer les pensées...

Merci Sandrine.


.

dimanche 8 mars 2020

Feeling Good


.


Le petit clin d'oeil de Monique pour la journée de la femme ...


Tribute to Nina Simone. Spectacle à quatre voix créé à Dijon en 2017
par Chrystèle Allouis, Valérie Bardol, Frédérique Liziar , Malika Marchand,
Mickaêl Sévrain piano et Sébastien Bacquias contrebasse.

.

samedi 7 mars 2020

vendredi 6 mars 2020

jeudi 5 mars 2020

Le filtre Berkey

.







Vous ne croyez plus que l'eau en bouteille est de la meilleure qualité possible.
Vous aimeriez bien vous affranchir de toutes ces bouteilles en plastique.
Vous en avez assez de trimbaler de lourds packs de bouteilles d'eau.
Peut être même que vous souhaitez réduire vos déchets plastiques.
Mais l'eau du robinet ne vous inspire pas confiance.
Voilà le filtre qu'il vous faut: le filtre BERKEY.
Très performant, ultra-simple, peu onéreux, très fiable.
Existe depuis longtemps, utilisé dans les conditions les plus difficiles.
Si vous êtes motivé, un petit tour sur le Net pour plus de détails.
Nous l'utilisons avec Corinne depuis presque deux ans, nos enfants aussi et plein d'amis également.
En ce qui concerne l'aspect, nous on aime bien, vous avez le choix entre plusieurs dimensions et vous trouverez toujours une place dans la cuisine.
Allez, hydratez vous avec une eau agréable à boire.

.



mercredi 4 mars 2020

La zone du dehors

.



2084.Orwell est loin désormais. Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Souriez, vous êtes gérés! Le citoyen ne s'opprime plus : il se fabrique. A la pâte à norme, au confort, au consensus. Copie qu'on forme, tout simplement. Au coeur de cette glu, un mouvement, une force de frappe, des fous : la Volte. Le dehors est leur espace, subvertir leur seule arme. Emmenés par Capt, philosophe et stratège, le peintre Kamio et le fulgurant Slift que rien ne bloque ni ne borne, ils iront au bout de leur volution. En perdant beaucoup. En gagnant tout.
Premier roman, la Zone du Dehors est un livre de combat contre nos sociétés de contrôle. Celles que nos gouvernements, nos multinationales, nos technologies et nos médias nous tissent aux fibres, tranquillement. Avec notre plus complice consentement. Peut-être est-il temps d'apprendre à boxer chaos debout contre le swing de la norme?
4e de couverture  Folio SF



.


mardi 3 mars 2020

lundi 2 mars 2020

La citation du lundi

.

"Qui a la même vision du monde à vingt ans qu'à cinquante
a perdu trente ans de sa vie."

Mohamed Ali

"vu" chez l'ophtalmo... la sagesse est partout !

.

samedi 29 février 2020

vendredi 28 février 2020

jeudi 27 février 2020

mercredi 26 février 2020

Dîtes-leur de viser haut / Sophie et Éric Edelmann


.



À l'heure où je publie, nous n'avons pas encore lu le livre mais nous connaissons la consécration d'Éric et Sophie, la pertinence et la complémentarité de leurs réponses....
Et nous nous réjouissons de lire leur livre !

.

lundi 24 février 2020

La citation du lundi


.




Pour l'homme ordinaire, le monde est un champ de bataille,
Pour le pratiquant, le monde est une école,
Pour le sage, le monde est un terrain de jeu.

Shrî Chandra Swami Udasin

Cité en exergue du livre de Sophie et Eric Edelmann


.

dimanche 23 février 2020

samedi 22 février 2020

vendredi 21 février 2020

jeudi 20 février 2020

Vivre / Emmanuel Desjardins


.



Un éclairage inspirant sur Swami Prajnanpad et un exposé clair, motivant et inspirant lui aussi des différents aspects de la voie proposée par Swamiji et Arnaud par un vrai pratiquant.


.

mercredi 19 février 2020

Zimbabwe


.


Marielle qui y a passé quelque temps en mission nous envoie cette photo...

Merci Marielle.

.

lundi 17 février 2020

La citation du lundi

.


Et quand vous vous êtes oublié
que vous ne vous accrochez plus à rien de ce que vous connaissez
restez simplement là

Vous êtes à la maison
vous êtes la maison
vous êtes vous-même.

.

dimanche 16 février 2020

samedi 15 février 2020

vendredi 14 février 2020

jeudi 13 février 2020

Le cloître de Moissac


.


C'est un merveilleux endroit que nous avons visité il y a peu.
Un lieu de paix et de beauté.





Dans une salle qui donne sur le cloître une petite statue intitulée Vierge de Solitude...
Tant de grâce et de simplicité !

.


mercredi 12 février 2020

Statues indiennes


.


Pour les amoureux de l'art indien, nous signalons la nouvelle activité de Bertrand Belaize
 qui a ouvert un site Ganesh Art India, dédié à la vente de statues indiennes, 
art tribal mais aussi art sacré.

Allez voir, il y a de très belles pièces...



.

mardi 11 février 2020

Au nom du père ( Ride upon the storm)


.



Ride upon the storm est le titre original de cette série danoise du réalisateur Adam Price - 20 épisodes de 52' répartis en 2 saisons- qui devient en français Au nom du père.
Les deux titres sont parlants. Les trois personnages principaux, le père et ses deux fils chevauchent  la tempête chacun à leur façon, une crise majeure dont  l'enjeu est bien de vivre enfin une existence autonome dans une famille marquée par la reproduction : une lignée, pasteurs de père en fils depuis 250 ans. Le scénario est subtil, la mise en scène sobre et très belle, l'interprétation exceptionnelle. L'évolution des personnages est passionnante. Autant d'intelligence et de profondeur, c'est rare.