lundi 13 juillet 2020

La citation du lundi


.



"L'unique trésor ce n'est pas la vie dont je rêve, c'est la vie qui m'arrive : Dieu s'y tient."


Marie-Laure Choplin

Un coeur sans rempart
in La vie telle qu'elle est 
Ed Labor et fides p 50

.

dimanche 12 juillet 2020

Il était une fois dans l'Ouest / Ennio Morricone / Desire Capaldo


.


Pour honorer la mémoire d'un grand compositeur... et des grands western de ma jeunesse !


.

samedi 11 juillet 2020

Angel of Mercy / Piers Faccini

.





Piers Faccini animera un atelier  avec  Emmanuelle Martin 

"Voix, écoute et improvisation" 
au Roche d'Ajoux  du 27 au 30 juillet 2020

Pour en savoir plus et peut-être vous inscrire...c'est ici 



.

vendredi 10 juillet 2020

jeudi 9 juillet 2020

mercredi 8 juillet 2020

Passagère du silence / Fabienne Verdier


.



Je viens de relire ce récit passionnant des 10 ans d'initiation de Fabienne Verdier partie en 1983 à 22 ans   étudier la calligraphie et la peinture traditionnelle chinoise à l'Institut des Beaux-Arts de Chongqing dans le Sichuan .
Vers la fin de son séjour, elle est attachée culturelle à l'ambassade à Pékin et a l'occasion de rencontrer et d'aider parfois les plus grands maîtres de calligraphie, de peinture ou de musique qui ont survécu à la révolution culturelle :

" Ils avaient été à deux doigts de sombrer dans la folie, usés par une agression quotidienne absurde, souvent incompris de leurs proches, regardés avec honte par leurs propres enfants, critiqués avec acharnement pendant des années ; leurs biens, rouleaux anciens, bibliothèques savantes, brûlés ; eux-mêmes battus et torturés, et pourquoi ? Parce qu'ils peignaient ? Parce qu'ils étaient poètes ? Parce qu'ils osaient parler de l'insaisissable et, par la voie des arts, se libérer des entraves ? Aujourd'hui, dans la grande "Chine ouverte", ils restaient des laissés pour compte, des bannis de la terre pour n'avoir cessé d'aimer la peinture, les pensées poétiques et philosophiques, la contemplation inlassable des merveilles de la nature. Quand j'arrivais, je trouvais toujours le vieux Lu Yanshao seul, perdu dans ses pensées, ultime ilot de survie dans un environnement qui l'avait oublié.
Comment exprimer le profond désarroi ressenti à rencontrer ces derniers maillons de la chaîne de l'histoire de la peinture, ces passeurs d'éternité, ces héritiers du patrimoine de l'humanité ? Comment expliquer qu'à ce degré de connaissance, de détachement absolu presque imposé par le régime totalitaire, ils avaient atteint une universalité puissante , En leur compagnie, j'oubliai complètement qu'ils étaient chinois alors que je me trouvais au coeur même de la spécificité chinoise. Avec eux, d'emblée, les barrière culturelles tombaient, celles-là mêmes auxquelles je m'étais douloureusement heurtée. "

Passagère du Silence 
Ed de Poche p 265

.




mardi 7 juillet 2020

La communication animale / Laila Del Monte

.


À la fois incroyable et tellement évident quand on a vécu avec un animal...

.

lundi 6 juillet 2020

La citation du lundi


.



" Entre tous les moyens qui concourent à la libération c'est à la dévotion que revient la place d'honneur. L'effort auquel se livre le pratiquant pour réaliser sa propre et véritable nature, nous lui donnons le nom de dévotion. Celle-ci apparaît ainsi autant comme une pratique d'effort et d'élan qui nous permette d'avancer que comme l'émergence du sentiment, le fruit de l'ascèse ou le parfum qu'exhale une fleur qui s'ouvre."

Shankarâchârya in Le plus beau fleuron de la discrimination
Cité par Éric Edelmann Dîtes-leur de viser haut, chapitre La voie du coeur P 199


.

samedi 4 juillet 2020

Hare Sherenam / Swami Prem Vivekananda


.


Hare Sherenam : je prend refuge en Dieu.
.

vendredi 3 juillet 2020

Hein...?


.



.

jeudi 2 juillet 2020

Nous sommes l'humanité / Alexandre Dereims


.


Ces femmes et ces hommes sont exploités par le tourisme ...

.

mercredi 1 juillet 2020

L'Inde tribale / Eric Pringarbe


.


Régulièrement, je feuillette les livres de photos...
Une manière de se rappeler que d'autres mondes existent...

.

mardi 30 juin 2020

Faîtes-le

.


.

lundi 29 juin 2020

La citation du lundi

.



" Nous croyons manquer de Lui et c'est à Lui qu'on manque.

Il y a urgence et pourtant nous avons tout le temps qu'il nous faut, c'est une urgence sans oppression, intense, ouverte, infinie."

Extrait de Exactement vous
in Un coeur sans rempart
Marie-Laure Choplin
Ed Labor et fides p 17 

.

dimanche 28 juin 2020

samedi 27 juin 2020

vendredi 26 juin 2020

jeudi 25 juin 2020

mercredi 24 juin 2020

mardi 23 juin 2020

Un coeur sans rempart / Marie-Laure Choplin


.


Une pure merveille...
Une quarantaine de textes, de poèmes, de méditations - à l'origine écrits pour la radio RCF Isère - tissent un lien tendre, subtil et profond avec Dieu. " Une eau limpide et profonde" dit l'introduction de Marion Muller-Collard. 
C'est vivifiant et lumineux.
À lire et relire....

Merci à Catherine et Nikita et à Valérie.


.

lundi 22 juin 2020

La citation dun lundi


.


Citation de 1976. 

Jorge Mario Bergoglio n'était pas encore le Pape François
 mais déjà un authentique disciple du Christ.

.
.

dimanche 21 juin 2020

L'été / Antonio Vivaldi


.


Bienvenue à l'été !
Bonne fête de la musique ...

.

samedi 20 juin 2020

vendredi 19 juin 2020

Ouzbékistan / Jacob et Katie Schwarz

.


Les merveilles de Khiva, Boukhara, Tachkent, Samarcande...
Le désert du Kysyl Koum et les forteresses de Khorezm sur la Route de la Soie...

.

jeudi 18 juin 2020

Neuf vies / William Dalrymple

.



J'ai lu tous les livres de Dalrymple, c'est dire si c'est un auteur que j'apprécie. 
Je me suis aperçue que je n'avais pas parlé de celui-ci. C'est un recueil de  9 histoires de vies en lien avec les traditions religieuses millénaires de l'Inde à notre époque.
Dalrymple a une façon incroyable d'entrer et de nous faire entrer dans le monde de l'autre.

.

mercredi 17 juin 2020

mardi 16 juin 2020

Tout est UN


.


Voici un passage de l'introduction  de ce livre essentiel (1):


Le sens de l'Un et du sacré

"La diffusion d'un texte comme celui-ci témoigne que les temps ont changé : le temps du secret initiatique, quand les versets des Upanishad n'étaient prononcés que dans l'intimité du rapport de Guru à disciple, ce temps a cédé la place : l'heure est à la révélation. En Grec, "révélation" se dit apocalupsis, en français "apocalypse"... Ce mot n'a pris le sens de "catastrophe finale" qu'au XXe siècle, mais son symbolisme biblique, notamment celui de la "Bête", grand principe d'illusion et de blasphème, est troublant. Pour les hindous aussi, l'"ère des révélations" marque la fin du cycle. Selon la tradition, nous vivons au coeur du Kali Yuga, temps de "dilution", temps où se perd le sens du sacré, dont F.Schuon disait qu'il est, avec le sens du céleste, "la mesure de la valeur humaine". 
En ces temps troublés, une telle "divulgation" n'est pas sans risques : les doctrines de l'Unité comme l'advaïta vedânta peuvent parfois être mal comprises, par excès de simplification. Adeptes d'une voie directe, dépouillée, énonçant  sans ambiguïté les ultimes vérités métaphysiques les "advaïtins" n'en demeurent pas moins soumis  à une hiérarchie et à des règles strictes, indispensables pour la réalisation de l'Un. Les défauts d'humilité et de maturité spirituelle conduisent parfois l'égo à se prendre pour le Soi, au lieu de s'effacer : certains adeptes ont tôt fait de se croire "élus", sûrs de l'imminence de leur "réalisation", persuadés qu'il suffit d'avoir entendu parler de la Vérité, d'avoir "compris" son énonciation pour qu'elle soit réalisée... Ces temps de confusion sont propices pour la floraison de l'orgueil spirituel et des "gourous de pacotille... Pierre Feuga écrit justement :
"On n'est pas non-dualiste parce qu'on écrit pédantesquement l'équation âtman = brahman ou parce qu'on a lu Shankarâchârya, Tchouan-tseu, Ibn Arabi et Mâitre Eckhart. La doctrine la plus ésotérique et la plus simple du monde, cachée intimement au coeur de toutes les traditions, ne se laisse pas apprivoiser par des mots et des thèses universitaires. Tous les gens au fond sont dualistes, dont quelques-uns ont entendu parler de la non-dualité ou en écrivent. Mais qui la vit ? Qui, dans l'intensité du désir ou de l'amour, sait assez bien se quitter pour être l'autre ? qui distingue si peu le mien du tien qu'il ne sait même pas qu'il donne quand il donne, qu'il reçoit quand il reçoit ? Et qui, voyant la Mort, saura s'y reconnaître ? 
Autre écueil possible : il n'est pas rare d'entendre parler de "spiritualité athée", notamment à propos du Bouddhisme ou de l'advaïta vedânta , ce qui est un non sens, une vaine tentative de couper ces traditions spirituelles millénaires de toutes transcendance. Car "l'athéisme" dont il est question ne se contente pas de nier la réalité d'un Dieu personnel, il refuse aussi d'admettre un Principe transcendant. Cela revient à nier toute spiritualité : dans ce contexte, la profondeur de l'être ne peut dépasser la dimension psychologique. Dans une société aussi appliquée à tout aplatir, à tout désacraliser, "Tout est Un" devient " Tout est pareil", et ce n'est pas l'unité qui est recherchée, mais l'uniformité."

RC ( Robert Caputo, traducteur)

(1) Texte tamoul anonyme du XIXème siècle traitant de l'essence de l'Advaïta vedânta


.
.

lundi 15 juin 2020

La citation du lundi


.



"On peut considérer la conscience pure comme l'océan et toutes les pensées, pulsions, volitions, formes de conscience - ce qu'on appelle techniquement dans le yoga de Patanjali, vritti ( tourbillons) - comme des vagues. Ces vagues naissent de cette conscience et elles retournent à cette conscience. Généralement nous n'avons que l'expérience des vagues, c'est-à-dire des formes de conscience et non l'expérience de l'océan, de la conscience, infinie."

Arnaud Desjardins
Approches de la méditation 
La table Ronde p23

.

dimanche 14 juin 2020

samedi 13 juin 2020

mercredi 10 juin 2020

L'Abyssin et Sauver Ispahan / Jean-Christophe Ruffin


.




Le sous titre de l'Abyssin  donne le ton : Relation des extraordinaires voyages de Jean-Baptiste Poncet ambassadeur du Negus auprès de sa Majesté Louis XIV. 
Nous sommes dans un récit d'aventure sur fond historique. Le personnage principal est inspiré de celui de Charles-Jacques Poncet et de son voyage en Ethiopie. Dans le roman c'est un homme libre, audacieux et prêt à tout pour obtenir la main de celle qu'il aime. Apothicaire et médecin autodidacte, il vit au Caire et va se retrouver un temps mêlé à la "politique internationale "de la charnière du XVIIème et XVIIIème siècle. Où l'on croise des personnages hauts en couleur, le Consul de France au Caire, un apothicaire protestant bourru, le Négus d'Abyssinie, quelques jésuites perfides, une jeune fille téméraire, une servante au grand coeur.... Le deuxième tome nous fait participer à la chute d'Ispahan attaquée par les armées afghanes... Le tout écrit dans une langue imagée, drôle, rythmée.
J'ai beaucoup aimé.

.

mardi 9 juin 2020

Anniversaire


.



74 ans aujourd'hui.

BON ANNIVERSAIRE, ALAIN !



.

lundi 8 juin 2020

La citation du lundi


.



8 juin

Satisfaire les désirs ?

"Le désir c'est essayer d'obtenir de plus en plus d'objets extérieurs de façon à combler le sentiment d'être limité. Aussi les désirs doivent-ils être satisfaits autant que possible entièrement jusqu'à ce que vous sentiez : " Non, maintenant, pas davantage." En même temps, vous devez sentir qu'aucun désir ne peut être complètement satisfait."

La connaissance de soi, p 211.


Citation extraite de Le Maître du OUI p 101


.


dimanche 7 juin 2020

samedi 6 juin 2020

Unchain my heart / Joe Cocker


.


Allez, les bons vieux refrains...

Merci Jean.

.

vendredi 5 juin 2020

Masqués...


.

Nous sortons masqués Alain et moi, mais pas comme Zorro...


.

jeudi 4 juin 2020

mardi 2 juin 2020

Le Maître du OUI / Swami Prajnanpad / Renaud Perronnet


.



Un petit livre très précieux...

366 citations de Swami Prajnanpad recueillie avec soin par notre ami Renaud Perronnet.  
 Swamiji n'a jamais écrit de livres, il s'est toujours adressé  à une personne particulière. Les paroles retranscrites ici sont extraites d'entretiens enregistrés ou de lettres publiées par Daniel Roumanoff.






lundi 1 juin 2020

La citation du lundi


.



"318. Q. : Comment peut-on surmonter la peur de la mort ?
M. : Essayez de découvrir si vous êtes né avant de penser à la mort. Car seul celui qui est né peut mourir. "
L'enseignement de Ramana Maharshi
Albin Michel
Spiritualités vivantes p 449



dimanche 31 mai 2020

samedi 30 mai 2020

Kondja mia ./Yamma Ensemble

.


Musique sépharade. La langue qui ressemble beaucoup à l'espagnol est du ladino ( prononcer ladinio) , la langue parlée dans les juderias, les quartiers juifs d'Espagne.

.

vendredi 29 mai 2020

Jean-Jacques Audubon ( 1785-1851 )


.


C'est un ornithologue et naturaliste américain d'origine française 
auquel un musée rend hommage à Key West au sud de la Floride.
Voici quelques dessins... un peu de beauté et de délicatesse...




Huppe fasciée ( dessin de jeunesse)



Bernache du Canada



Flamant Rose

.


jeudi 28 mai 2020

Là où les chiens aboient par la queue / Estelle-Sarah Bulle


.



Un livre magnifique, plein de vie et de force. 
L'auteure est née en 1974 à Créteil, son  père vient de Guadeloupe, sa mère du Nord de la France. 

Elle interroge son père et ses deux tantes paternelles, récits de vie qui se croisent, d'une génération prise entre deux mondes : l'île qu'ils ont quittée et Paris et sa banlieue. La langue est superbe, généreuse, colorée, franche, comme le regard posé sur Antoine, la tante aînée, Lucinde et Petit-Frère, sans parler d'Hilaire le grand-père resté à Morne-Galant...

Merci Marie-Paule.

Un petit clin d'oeil à Benoît et Céline qui peut-être connaissent ce livre ?

.

mercredi 27 mai 2020

Forestière


.


Le message émouvant d'une authentique forestière 
sur les images magiques de forêt de Michel Munier 
et les photos de Vincent Munier.

.

mardi 26 mai 2020

Autel


.



Asato ma sat gamaya
Tamaso ma jyotir gamaya
Mrtyor ma amritam gamaya

De l'irréel conduis-moi au Réel
Des ténèbres conduis-moi à la Lumière
De la mort conduis-moi à l'Immortalité

Un autel manifeste ce mantra. Il est l'incarnation de cette demande,  de cette prière, de l'intention profonde qui nous anime sur le chemin spirituel. 
Un autel s'organise autour d'une forme, statue ou photo qui symbolise le Réel. Et il faut entendre par symbolise non pas la représentation d'un concept abstrait par un objet comme on le conçoit en Occident mais bien une manifestation dans une forme( murti) comme on le vit en Inde. En tant que forme, la statue ou la photo est une manifestation du Réel comme nous le sommes nous-mêmes par notre incarnation. 
La bougie sur l'autel nous rappelle cette Lumière du Réel que nous cherchons à découvrir.
Enfin, les fleurs par leur caractère éphémère, sont cette existence temporelle limitée et si belle que nous offrons à notre Vraie Nature Immortelle.
Si chaque fois que nous allumons la bougie, que nous déposons une fleur nous nous donnons nous-même en nourriture au Réel, à l'Infini alors peu à peu l'autel devient vivant, nous le nourrissons et en retour, il nourrit le centre vivant de notre pratique. Il devient transmetteur de ce qui nous anime au- delà de notre intention personnelle, nous reliant à l'ensemble d'une lignée et à l'ensemble de la manifestation. 
Devant un autel - historiquement la table du sacrifice - nous nous inclinons. Nous sacrifions notre arrogance, notre désir de savoir, vouloir, comprendre, faire, et nous demandons et recevons l'aide de plus Grand. De ce qu'en réalité nous sommes déjà, sans en être conscients.


.



lundi 25 mai 2020

La citation du lundi


.




Rien n'est plus déchirant
que de voir Dieu constamment défiguré,
affirmé d'une manière absurde,
comme une puissance extérieure,
non engagée dans notre vie,
confite tout entière en elle-même,
dans sa gloire et son bonheur
et jouant dans notre monde
qui n'est rien pour Lui,
dont Il n'a pas besoin
et qu'Il laisse se débattre
dans les agonies que nous connaissons.
Rien de plus déchirant que cette
conception de Dieu
qui écarte tant d'hommes
contemporains sincères, aux sentiments humains,
de toute recherche de Dieu
parce qu'ils L'ont, une fois pour toutes,
identifié à une espèce d'idole
impensable pour eux
(comme pour nous tous).

Dès qu'on parle de Dieu
sans le vivre, on Le trahit,
on en fait une idole, un mythe absurde et
abject, on en fait une limite et une
menace, et on devient athée !

Être Dieu ne signifie pas dominer, avoir
le pouvoir d'écraser les autres, être Dieu 
signifie se donner sans mesure.

Dès que Dieu n'est plus perçu comme une
expérience libératrice, Il devient un
faux dieu.

Il ne s'agit pas d'un Dieu dont on parle
mais d'un Dieu dont on vit.

Maurice Zundel


.

dimanche 24 mai 2020

samedi 23 mai 2020

Ave Maria / Judith Chemla


.


Pâques 2020, une actrice ancienne pensionnaire de la Comédie Française chante l'Ave Maria lors de la messe  du vendredi Saint à Notre Dame en travaux. 
Un chant d'une simplicité magnifique.

.

vendredi 22 mai 2020

Les aventures de Guilhem d'Ussel / Jean d'Aillon

.



La période de retraite-confinement a été, j'imagine, pour beaucoup une opportunité de lecture. Grâce à Marie-Thérèse Bal-Craquin et ensuite à Corinne je viens de découvrir un auteur français très prolifique : Jean d'Aillon. Il est l'auteur de séries à succès .
Il écrit des romans policiers sur fond très documenté d'histoire de France.
J'ai commencé par dévorer une  dizaine de ses livres sur les aventures de l'un de ses héros : Guilhem d'Ussel chevalier troubadour. C'est bien écrit, facile à lire et vraiment captivant.
Au delà de la trame romanesque c'est l'occasion de faire une plongée dans la France du Moyen-Age et c'est passionnant, même si certaines description  sont un peu effrayantes. 
Il faut dire que la vie à cette époque était plutôt rude et la mort sans cesse présente. Une façon de relativiser les tourments de notre époque !
Alors si le coeur vous en dit je vous conseille de commencer par "De taille et d'estoc" qui décrit l'enfance mouvementée  de Ghilhem.
Né en 1948, docteur d'Etat en sciences économiques, Grand Prix littéraire de Provence, Jean d'Aillon vit à Aix en Provence et se consacre entièrement à l'écriture depuis 2007.


.

jeudi 21 mai 2020

Entrez dans le cercle...


.



Ces hommes sont magnifiques.

Merci Philippe et Monique.

PS : pour les sous-titres en français cliquez sur paramètres, la petite fleur en bas de l'écran à droite puis sélectionnez  "sous -titres" et français dans le menu déroulant.



.

mercredi 20 mai 2020

Notre place...


.



"Une nouvelle version des "Puissances de dix".
J'ai vu et partagé ce petit film des centaines de fois. 
Il nous donne une idée claire de notre vraie place dans l'univers, à mi chemin entre l'infiniment grand et l'infiniment petit. Il nous montre que nous ne sommes humains que dans une certaine perspective, à une certaine distance et que nous sommes évidement aussi cellulaire et planétaire, infini, dans les deux directions. Notre véritable nature est infinie."
Alain 


Merci Michel

.

mardi 19 mai 2020

Bach in a circle / Joanna Goodale

.


Le résultat inspirant de l'ouverture et du rapprochement des cultures...

.

lundi 18 mai 2020

La citation du lundi


.


Monastère de Hemis, Ladakh 2015
Photo de Véronique Fabart.

"En finir avec la souffrance — pas seulement en soignant ses symptômes mais en éradiquant sa cause première —, c'est précisément ce à quoi vise l'enseignement du Bouddha. [...] Il faut d'abord réaliser que la vraie cause de la souffrance ne se trouve pas à l'extérieur de soi, mais à l'intérieur. [...] C'est pourquoi la véritable pratique spirituelle consiste à s'occuper de son propre esprit. L'esprit est très puissant, il peut créer le bonheur comme le malheur, le paradis comme l'enfer. Si, à l'aide du Dharma, vous parvenez à éradiquer vos poisons intérieurs, rien d'extérieur ne pourra plus vous affecter négativement, mais tant que ces poisons resteront mêlés à votre esprit, vous ne trouverez nulle part au monde le bonheur que vous désirez."

Nyoshul Khen Rinpoché

.

dimanche 17 mai 2020

Una belleza / Suso Moran Gago


.


Merci Marie-Jo

.

samedi 16 mai 2020

Sandhya Raga de Ravi Shankar, joué par ses élèves


.


À l'occasion du centième anniversaire de sa naissance le 7 avril dernier...

.

vendredi 15 mai 2020

Les mots


.


Collectif Bel Association de parents d'élèves.
Merci Aurélie.

Le langage formate notre pensée. 
Alors autant employer les mots justes qui ne sécrètent pas la méfiance et la peur...
mais qui décrivent la réalité ( distanciation physique) et l'intention (protection).


.

jeudi 14 mai 2020

Inch'Allah / Gilbert Sinoué


.



Inch'Allah est une fresque en trois tomes qui couvre l'histoire du Moyen Orient 
à travers l'histoire de plusieurs familles,  palestinienne, égyptienne, 
irakienne sunnite, irakienne chiite, israélienne :

 Le souffle du jasmin ( 1916-1956), 
Le cri des pierres (1956-1995) 
Les cinq quartiers de la lune ( 2001-2011). 

Passionnant de bout en bout.

.

mercredi 13 mai 2020

Victime ou disciple ?


.


Ne soyez pas la victime des situations, soyez le disciple des situations» 
L'exemple de la vaisselle.
Juste ici et maintenant, je fais la vaisselle; est-ce un choix ? Répondre à cette question ne m'est pas utile puisque je la fais, cette vaisselle, donc qu'importe à présent l'idée d'un choix préalable, qui n'est qu'une pensée bien superflue.
Suis-je victime de cette situation ? Oui si je résiste, si je râle, si je n'ai pas envie de la faire, si je pense que d'autres activités plus gratifiantes seraient bien mieux pour moi, etc... mais que je la fais malgré tout, cette vaisselle, à reculons, du bout des doigts et de l'extrémité du coeur...
Suis-je disciple de la situation ? Oui si je fais la vaisselle, point final. C'est alors que je pourrai apprécier l'eau chaude sur mes mains, les assiettes et les verres propres qui reluisent, les couverts qui tintent, je pourrai ressentir que cette humble tâche est tout aussi importante que n'importe quelle autre, bref, je vais pouvoir profiter de ce moment de vie au lieu de le subir.

Yvan Amar
.

mardi 12 mai 2020

Fleet Mall

.


Merci JFL



.