vendredi 31 août 2018

One love, One heart / Koolulam/ Bob Marley

.


Le 14 Juin 2018, en l'honneur de la visite historique en Israël du chef religieux indonésien Cheikh Haji Yahya Cholil Staquf, Koolulam a invité à un événement très spécial à la tour de David de Jérusalem 1000 personnes qui ne s'étaient jamais rencontrées auparavant, afin de chanter une chanson, en trois langues et en une harmonie vocale à trois voix. L'événement fut produit avec le musée de le tour de David et Jerusalem.com
Bravo !

jeudi 30 août 2018

Un océan de pavots / Amitav Ghosh

.



La première partie de la Trilogie de L'Ibis une goélette qui transportait des esclaves et qui à l'abolition de l'esclavage a été reconvertie en transport de coolies. Nous sommes en 1838 à Calcutta et le bateau va partir pour l'île Maurice avec à son bord des personnes de toutes origines qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Deeti,originaire d'un village du   bengale va les dessiner tous dans son sanctuaire au fond de la cale : il y a là un ancien raja condamné injustement pour fraude, un jeune métis sino indien opiomane, un américain engagé sur le bateau , une jeune botaniste française et son frère de lait indien, et bien d'autres personnages encore tout aussi improbables etc. Chacun fuit un monde où il n'a plus sa place à cause d'une forme ou d'une autre de  transgression de l'ordre social établi. Ils vont devoir inventer une manière d'être en relation les uns avec les autres en dehors des interdits liés au système des castes. En cela  malgré les  conditions matérielles terribles, la traversée est un espoir, un passage vers du nouveau, un possible changement.
C'est une épopée romanesque où se croisent les langues - anglais, hindoustani, gujarati, pidgin, chinois... - les origines, les cultures,  sur fond de commerce de l'opium entre l'Inde  et la Chine. Où l'on apprend le rôle peu flatteur que la Compagnie des Indes Orientales a joué dans divers trafics, celui des êtres humains comme celui de la drogue. C'est vraiment les débuts de l'expansion de notre monde marchand basé sur le profit. Amitav Ghosh, comme le destin, croise les fils des existences avec un grand talent et nous fait pénétrer avec la même habileté, les cales et le carré des officiers, les champs de pavots du bengale, un  palais de raja, et plus tard dans les deux autres tomes, l'île sauvage que deviendra la ville de Hong Kong, les bas fonds de Macao, les Factories de Canton, la vie d'un régiment de sepoys et les premiers épisodes de la guerre de l'opium...

Un océan de pavots
Un fleuve de fumée
Un déluge de feu 
Paru en poche Éditions 10/18 
.





mercredi 29 août 2018

Nicolas Hulot


.



Nous avons regardé/écouté hier l'émission de France Inter "Le grand entretien" au cours de laquelle Nicolas Hulot a annoncé sa démission de son poste de ministre de l'écologie. Nous vous conseillons de l'écouter.
Il n'est pas fréquent que nous fassions allusion à l'actualité politique sur ce blog. Mais justement la prise de parole de Nicolas Hulot dépasse largement le cadre de l'événement politique. Le discours de Nicolas Hulot est fort, puissant et émouvant. Il est à la mesure de ce qui est en train de se passer dans une indifférence de la majorité de l'humanité. Nous pouvons espérer que cette décision  fasse bouger les lignes de la société. Qu'elle  aide à une prise de conscience forte, qui dépasse les clivages et amène à faire du neuf. C'est la proposition de Nicolas Hulot : sortir du déni écologique dans lequel nous sommes verrouillés, cesser "les luttes contre" et "s'unir pour", changer radicalement  d'orientation mais aussi de niveau de perception et d'action. Merci et respect, Monsieur Hulot.





;

lundi 27 août 2018

dimanche 26 août 2018

Winter sun / Yaron Pe'er & Leat Sabbah


.


Duo superbe entre un radab traditionnel afghan et un violoncelle...
.

vendredi 24 août 2018

The karnatik Wasco church tour 2018

.




De bien belles soirées en perspective...!

.



jeudi 23 août 2018

Apprenons à partager les ressources pour sauver le vivant



.

Simple, clair, percutant.
Un très  bon Ted EX

.

mercredi 22 août 2018

Les cerfs-volants de Kaboul / Khaled Hosseini

.


Une histoire très forte avec comme un personnage à part entière, 
l'Afghanistan, Kaboul et le peuple afghan. 
Plus qu'un roman, c'est un voyage.
Khaled Hosseini a écrit aussi deux autres ouvrages dont j'ai parlé  les 8/11 et 4/12 2014...

.

mardi 21 août 2018

Contemplation / Matthieu Ricard / Simon Velez

.


À l'intérieur d'une structure en bambou magnifique, les photos de Matthieu Ricard
 accompagnées de phrases qui l'ont inspiré.

Jusqu'au 23 septembre.
À voir absolument !

 Merci Sandrine et Jean-Baptiste

.

lundi 20 août 2018

La citation du lundi

.


Le désarroi dans lequel nous nous trouvons est en fait une aubaine : il témoigne de notre sensibilité. Ceux qui traversent la vie sans le moindre sentiment de détresse sont inconscients. La détresse induite par notre prise de conscience recèle un immense potentiel de transformation, un trésor d'énergie dans lequel nous pouvons puiser à pleines mains et que nous pouvons utiliser pour construire quelque chose de meilleur, ce que l'indifférence ne permet pas.
JIGME KHYENTSE RINPOCHE (b. 1964)
Transcrit par Matthieu Ricard d'après un conseil donné oralement.

.

dimanche 19 août 2018

vendredi 17 août 2018

Longue marche, suite et fin / Bernard Ollivier

.



J'avais beaucoup aimé les 3 premiers tomes. Celui-ci m'a moins emballé, peut-être car la marche se fait à deux et qu'il y a parfois une certaine pose à se regarder marcher ou à regarder l'autre marcher. Il y a cependant un regard intéressant  sur toute cette partie du monde qu'on appelle les Balkans. Splendeur des paysages, misère et complexité des humains. Et parfois, dans des régions dévastées par la guerre, au coeur de conditions de vie désespérantes, au delà de la mécanique causes/conséquences, la joie, la confiance et la générosité...

.

jeudi 16 août 2018

Mongolia

.


5'13"" en Mongolie...

.

mardi 14 août 2018

Ready Player One

.


« Tu te demandes sans doute ce qui est arrivé avant que tu débarques ici. Eh bien des tas de trucs, à dire vrai. On a évolué, on est devenu des êtres humains, et c’est là que les choses se sont gâtées. On a compris comment faire pousser la nourriture et domestiquer les animaux pour éviter de passer tout notre temps à chasser. Nos tribus se sont beaucoup élargies, et puis nous nous sommes éparpillés sur toute la planète comme un virus implacable. Ensuite, après avoir mené toute une série de guerres pour annexer le territoire ou les ressources des autres, ou pour des questions de religions, on a fini par rassembler toutes les tribus pour former une “civilisation mondiale”. Mais, franchement, tout cela n’était pas très bien organisé, ni vraiment civilisé d’ailleurs, et on a continué à s’affronter dans de nombreuses guerres. Mais on a aussi compris comment pratiquer la science, ce qui a contribué à notre développement technologique. Pour une bande de singes imberbes, on a quand même réussi à inventer des trucs assez incroyables : les ordinateurs, la médecine, le laser, le four à micro-ondes, le cœur artificiel, la bombe atomique. On a même expédié quelques types sur la Lune pour les rapatrier sur Terre ensuite. On a aussi créé un réseau de communication mondial qui nous permet de nous parler à n’importe quel moment, depuis n’importe où dans le monde. Sacrément impressionnant, hein ?
« Mais c’est là que ça se complique. La civilisation mondiale nous a coûté extrêmement cher. Il nous a fallu énormément d’énergie pour la bâtir, et on y est parvenu en brûlant des combustibles fossiles qui provenaient de plantes et d’animaux morts enfouis loin sous terre. On a épuisé la plupart de ces combustibles avant que tu débarques, si bien qu’à présent, ils ont pratiquement disparu. Cela veut dire qu’on n’a plus assez d’énergie pour continuer à faire marcher notre civilisation comme avant. Il a fallu procéder à des coupes. Énormes. C’est ce qu’on appelle la crise énergétique mondiale, et ça fait un moment que cela dure.
« Et puis la combustion de toutes ces énergies fossiles a eu quelques effets secondaires assez sévères, comme l’augmentation de la température du globe terrestre et la destruction de l’environnement. En ce moment, les calottes polaires sont en train de fondre, le niveau de la mer monte et le climat est complétement déréglé. Les espèces animales et végétales connaissent des taux record d’extinction, tandis que des tas de gens crient famine et se retrouvent sans abri. Mais on continue à se faire la guerre essentiellement pour récupérer le peu de ressources qui restent.
« En gros, fils, ça veut surtout dire que la vie est bien plus dure qu’avant, tu sais, je veux parler du bon vieux temps avant ta naissance. On avait une vie d’enfer à cette époque-là, mais maintenant, ça fait plutôt peur. Tu veux que je te parle franchement ? Eh ben, l’avenir est loin d’être rose ! T’es né à une sale période de l’histoire, et on dirait bien que ça ne va pas s’améliorer. La civilisation est “sur le déclin”. Certains disent même qu’elle est en train de s’effondrer. »
.

lundi 13 août 2018

La citation du lundi

.



"1. Qu'est-ce que la Paix ? Lorsqu'un homme est en sommeil profond, bien que le monde subsiste, en a-t-il le moindre souci ? Son mental est tranquille et apaisé. S'il peut conserver ce degré de calme et de repos même lorsqu'il se trouve en activité au sein du monde, alors la Paix est réalisée."

Tout est UN
(Ellâm Onru) 
Texte Tamoul anonyme du XIX siècle
Enseignement de l'Advaïta-Vedânta

Ed Nataraj p 55

.

dimanche 12 août 2018

samedi 11 août 2018

vendredi 10 août 2018

Arnaud


.


"L'identification, c'est vous prendre pour quelque chose que vous n'êtes pas vraiment. Mais ce que vous êtes absolument, vous ne pouvez pas ne pas l'être, vous ne pouvez pas ne plus l'être. " Je suis" (aham brahmasmi, shivoham) est éternel. Seul ce qui se surajoute à "je suis" est périssable. Je vous en prie,  ne remettez pas à plus tard la recherche fondamentale. Le But suprême n'est pas une chasse gardée des grands yogis de l'Himalaya ou des mystiques justement célèbres comme Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix. Ne remettez pas toujours à demain la Quête ultime. Et c'est cette Réalité Ultime de l'être et de la conscience que désigne, depuis des millénaires et dans des langues différentes, un vocabulaire riche et , à l'origine (sanscrit, hébreu, arabe, grec ancien, chinois) extrêmement précis. C'est avec l'aléatoire des traductions (conscience, âme, esprit, raison, mental, psyché, etc) que naissent les incompréhensions. Cependant, pour évoquer le vécu intime du sage ou du saint, une grande unité de termes apparaît : il s'agit toujours de paix, de joie et d'amour - ou de leurs synonymes. Un état heureux non dépendant des circonstances extérieures, libre des opposés joie-peine, paix-trouble, amour-haine. Cette constance transcende les approches distinctes, théologique ou métaphysique, dualiste ou non dualiste.
Qu'est-ce qui, aujourd'hui, vous exile de, ou vous arrache à, la plénitude infinie et immuable à laquelle, en vérité, au plus profond de vos coeurs, malgré les désirs et les peurs de la surface, vous aspirez tous?"

Arnaud Desjardins 
 La Paix toujours présente 
La table ronde 2011 pages 91/92

.

jeudi 9 août 2018

Méditation / Père Dekeyser



.


Francis Dekeyser est prêtre orthodoxe à Béthanie. 

Il a longtemps pratiqué avec KG Durkheim.


De quoi s'agit-il ? « Le chemin n'a pas de but, le but c'est le chemin. » La méditation n'est pas un exercice qui viendrait « en plus » dans mon planning quotidien au début et à la fin de la journée. La vie est méditation. L'exercice particulier que je pratique et que j'appelle méditation est un rappel et l'approfondissement d'une manière d'être qui gravite autour de deux pôles : « l'expérience » de ma nature essentielle, qui me libère de l'angoisse due à mon manque d'être et « la transformation créatrice en un devenir conforme à mon « mandat céleste » pour reprendre une expression de la tradition taoïste. 
La forme que je suis tend à manifester cette image innée en chacun de nous, qui évolue dans la mesure du contact que j'entretiens avec ma profondeur. Cette attention sans tension s'exerce précisément dans l'acte de méditer. 
Ma vérité est « révélation » par l'expérience d'une qualité intérieure que Dürckheim appelle « l'être essentiel ». Dans la tradition chrétienne on utilise le mot « esprit » (du ternaire « corps-âme-esprit ») pour désigner en nous le réceptacle des énergies incréées du Saint Esprit. Une telle expérience pourrait se résumer en un mot : l'hésychia (L'invincible tranquillité du cœur). 
Nous devons cependant distinguer les grandes expériences de l'Être qui sont extrêmement rares, et les brefs contacts de l'Être qui eux parcourent notre quotidien et dont bien souvent nous ne sommes pas conscients, préoccupés que nous sommes par l'avoir, le savoir et le pouvoir. 
Quand il arrive dans notre chemin de vie que la grâce opère en nous un « vide » mental, ne serait-ce que durant quelques secondes, nous éprouvons alors une impression d'extraordinaire liberté. Du dedans de nous émerge soudain quelque chose qui donne à toute situation une qualité particulière. Mais, de toute évidence, notre manque de disponibilité à l'instant présent nous coupe de cette expérience et nous ramène rapidement dans le flux ininterrompu des pensées et des émotions. 
Que faire alors ? Simplement, revenir ici et maintenant dans l'attitude méditative, en s'appuyant sur l'intelligence de notre corps. Le premier principe à mettre en acte est celui de l'alignement : « La droiture, mot qui résonne en nous sur des plans de plus en plus profonds. Cette droiture s'exerce et elle change ma manière d'être là à l'instant. 
Le Christ dit que dans les moments de grandes épreuves nous devons « nous redresser » ... Cela est signifié dans l'évangile de la fin des temps. Tous les arts chinois ou japonais insistent sur l'importance de la verticalité, de la juste tension de cet axe qui relie en nous le ciel et la terre. Il s'agit donc d'expérimenter par l'observation de ma tenue. Ce travail est particulièrement important pendant la
méditation.
 
Il y a en nous un affaissement chronique qui nous fait « courber l'échine » et dénote un abandon de notre vocation céleste. Le corps ne ment pas. Il est notre meilleur allié dans la prise de conscience de notre motivation profonde d'être le « pont » entre le ciel et la terre ; d'où le mot « pontife » qui désigne celui qui réunit ces deux pôles et qui célèbre cette loi ontologique à laquelle nous sommes invités à participer.  
Grâce à cette verticalité assumée notre regard sur nous-même et sur le monde se transforme. Nous commençons alors à percevoir que la vie n'est pas dans l'effort du petit moi volontaire, (je me réfère ici à toutes ces spiritualités du « il faut »), mais dans le « non-agir » souvent bien mal compris si l'on s'imagine être invité à ne rien faire ou à se laisser vivre. 
C'est une invitation à coopérer et à s'inscrire dans le mouvement de la vie en nous. Dès lors, peu à peu, l'harmonie se rétablit en moi et me libère du carcan de mes inquiétudes. Je vais alors aborder cette vie en retrouvant « le juste milieu ». Trouver l'équilibre dans tous les domaines, et observer si des ajustements s'avèrent nécessaires. 
Tout cela me ramène à moi-même et à l'être essentiel ou « esprit ». Cet « esprit » est la traduction du grec « pneuma » qui signifie le « souffle ». 
Quelle découverte alors ! : Il y a en moi ce souffle relié au Grand Souffle : le Souffle de mon souffle.
Toute ma méditation va me conduire à une rencontre avec cette présence mystérieuse qui respire ici et maintenant et qui est la matrice de mon devenir. Il ne me reste plus alors, si je puis dire ! qu'à exercer cette attention au souffle dans la conscience de mon architecture corporelle, ce corps même que Saint Paul désigne comme étant un temple. Dans ce temple vivant que je suis, je peux ainsi célébrer la vie qui va et qui vient, cette vie dans laquelle pendant l'expiration je peux me lâcher, me donner et m'abandonner, et pendant l'inspiration vivre une nouvelle naissance.
 
Le Christ nous dit : « Voici, Je fais toute chose nouvelle. » Oui ! Et Il le fait à chaque instant chez celui qui « adhère » à Lui de tout son être. « La pratique, c'est l'intensité de la vigilance permanente. » Cette phrase que l'on attribue à Patanjali et chère au père Alphonse nous indique le sens profond de notre vie.
Le Christ nous invite à chercher d'ABORD le royaume intérieur, cette Vastitude silencieuse du cœur de l'homme, et le reste va trouver sa place et son sens....
 
Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !
Père Francis

Merci à Jean D, fidèle du Blog de nous avoir transmis ce texte magnifique.

.




mercredi 8 août 2018

Raghu Rai


.


Quelques unes des photos les plus célèbres de Raghu Rai.
A voir aussi absolument (sur youtube ou ARTE Replay)
le documentaire réalisé par sa fille Avani Rai, "l'Inde dans l'oeil d'un photographe".
La photographie élevée au niveau d'une pratique spirituelle.

Merci Sandrine D. pour cette belle découverte.

.

mardi 7 août 2018

Villes en transition

.



Le dernier livre du génial "inventeur" des villes en transition. Une vision et un élan  de vie repris depuis plus de dix ans par des milliers de personnes dans des centaines de villes à travers le monde. Comme dit Hubert Reeves, "si nous faisions comme si tout n'était pas foutu".


lundi 6 août 2018

La citation du lundi

.


Chaque défi que la vie vous propose
Tout ce que la vie vous propose,
vient directement de Dieu,
c'est-à-dire pour votre croissance spirituelle.

Ma Devaki

.

samedi 4 août 2018

Chopin Nocturne Op.27 No.1 / Arthur Rubinstein

.


Un de mes Nocturnes préféré...

.

vendredi 3 août 2018

Ecolo-book

.


Un excellent livre décalé sur l'écologie et la situation actuelle. Simple, intéressant , instructif et "amusant". Par Professeur Feuillage et sa compagne qui anime une chaine vidéo éponyme sur Youtube. une autre manière de ne pas resté scotché dans le "déni écologique" actuel. (Voir ou revoir le post du 12 juillet.)
Merci Valérie et Guillaume 

jeudi 2 août 2018

L'homme sans tête.......in french

.




Je vous avais annoncé la sortie de cette biographie de "mon très cher" Douglas Harding début 2017.

La version française est maintenant disponible. Ne manquez pas l'occasion, si la simplicité des exercices de Douglas vous a touché, de rentrer dans la vie, la vision, la démarche, la reflexion de ce grand homme.
C'est une biographie absolument honnête, sans langue de bois. Merci à toi Richard pour ton travail infatigable et si fructueux de vulgarisation de l'oeuvre de Douglas.

.

mercredi 1 août 2018

La nuit des Béguines / Aline Kiner

.



Un très beau roman, inspiré de très près par l'histoire. Les béguinages ont offert aux femmes du Moyen-Âge un espace incroyable de liberté. Ces femmes pieuses  veuves ou célibataires avaient la possibilité de vivre en communautés laïques dans de petites maisons regroupées autour d'une chapelle ou en  semi retraite, sous une règle monastique mais sans prononcer de voeux perpétuels. Les béguinages permettent aux femmes d'exister hors du statut d'épouses ou de moniales, sans être soumises à une autorité masculine. Elles peuvent par ailleurs disposer de leurs biens et décider de qui en héritera ! Cette indépendance les rendra vite suspectes aux yeux de l'Église. Le récit commence en 1310 au moment de l'exécution de Marguerite Porete célèbre béguine de Valenciennes , mystique dont les écrits avaient déjà brûlés en place de Grève....
Des personnages forts, une écriture simple et charnelle qui restitue magnifiquement l'époque. C'est une belle oeuvre, subtile et profonde.