mardi 27 septembre 2016

Dans la ville d'or et d'argent / Kenizé Mourad

.



J'ai choisi la couverture de l'édition initiale car elle est bien plus belle, mais le livre existe en poche.
La ville d'or et d'argent c'est Lucknow capitale de l'État indépendant d'Awadh dont la Compagnie anglaise des Indes orientale veut s'emparer en 1856. Le roi est exilé et retenu prisonnier à Calcutta. Mais la population se soulève et les taluqdars, les propriétaires terriens du royaume finissent par s'entendre pour un temps du moins pour chasser les anglais. À la tête de ce mouvement, une femme, Hazrat Mahal, la quatrième épouse du roi, épaulée par le rajah Jai Lal et les cipayes, les soldats de l'armée britannique ralliés à sa cause. Nous sommes en plein dans cet épisode brutal et très meurtrier que l'on a appelé la révolte des cipayes, commencée par une mutinerie à Meerut, près de Delhi, des soldats d'origine indienne. Au delà de la cause qui a mis le feu aux poudres - de la graisse de porc et/ou de boeuf utilisée pour les nouvelles munitions ce que des soldats hindous ou musulmans ne peuvent accepter, c'est un ensemble qui pousse ses hommes à se révolter : mépris de leur culture, de leurs croyances et de leurs religion, avidité de la Compagnie qui exploite sans scrupule les indiens... Des deux côtés, il y aura des massacres et c'est finalement la couronne britannique qui empochera les Indes. Cependant cette révolte est un mouvement de fond qui embrase tout le Nord  et durera deux ans pendant lesquelles la Begum et ses troupes tiendront tête à l'armée anglaise. Ce roman est le récit de ces deux années. Très documenté, le texte donne une idée précise des mentalités et des enjeux et au delà de son caractère romanesque montre comment la révolte des cipayes est le premier sursaut d'un peuple qui deviendra indépendant 90 ans plus tard.
Et je citerai aussi le court texte  de William Daltymple, historien anglais spécialiste de l'Inde,mis  en exergue :
" Les leçons de l'insurrection de 1857 sont très claires. Personne n'aime qu'un autre peuple vienne conquérir son territoire, le priver de sa terre ou le forcer à adopter des idées meilleures sous la menace des armes. Les Britanniques découvrirent en 1857 ce que les États-Unis sont en train d'apprendre : rien ne peut plus radicaliser un peuple ou ébranler l'islam modéré qu'une intrusion agressive."

Bonne lecture !

.

Aucun commentaire: