samedi 28 janvier 2017

Nouvelle Lune

.

De temps en temps, je regarde  par la fenêtre pour voir où en est la lune et je vérifie dans les livres si les nuages masquent sa présence...où son absence. Et du coup, j'ai eu l'idée de signaler tous les mois la Pleine Lune et la Nouvelle Lune. 
Aujourd'hui, c'est la Nouvelle Lune. Mais j'aimerais vous parler de ce qui la précède  : la Lune Noire. La lune semble avoir disparu, rien ne l'éclaire, elle s'est retirée dans l'ombre de la nuit. C'est le temps de l'ombre, du noir, de l'effacement, l'hiver du ciel, une illusion d'absence avant le dévoilement progressif des quartiers jusqu'à l'apogée, le rayonnement d'été, la splendeur et l'abondance de la Pleine Lune. 
Dans l'expression même de Nouvelle Lune, il y a l'idée de renouveau mais la lune nous rappelle que le renouveau passe par la fin, la mort de l'ancien. Lorsque les femmes vivaient une existence proche des rythmes naturels leurs règles correspondaient à la Lune Noire. Temps de perte de ce qui ne sert plus, d'intériorisation. Repli dans l'ombre,  non action,  repos. Légère pause à la fin de l'expire qui ouvre sur l'infini, temps suspendu à l'écoute du mystère de la Vie qui dans leur ventre se renouvelle.                                                                                                     Est-ce que hommes ou femmes, nous respectons ce temps de pause, de vide, de transition entre deux actions, deux périodes, deux idées ? Est-ce que nous ralentissons pour nous effacer, nous retirer un moment ? Est-ce que nous honorons nos pertes , nos petites morts intimes, la fin de nos cycles avant de nous lancer dans le cycle suivant ?

.

6 commentaires:

anne a dit…

beau texte Corinne et qui vient me toucher, ici, à Faridabab où nous sommes en pleine cure ayurvedique. Tu le sais, ce sont des moments avec soi, avec son corps, avec son coeur. Des moments où viennent au jour des pensées, des réalités, des choses parfois encore floues, mais qui se condensent et se cristallisent et qui pour moi parlent d'accepter de laisser mourir l'ancien pour accepter ce qui vient, avec l'âge, avec le temps qui passe, avec les nouvelles énergies qui viennent. Dans le désert du Rajasthan, la lune était d'une incroyable présence.
Je vous embrasse fort tous les deux.
Anne

yannick a dit…

Il y a un livre de Louise Lacey : Lunaception, qui met en correlation les règles des femmes avec la lune et la lumière naturelle, rythme existant dans les tribus "primitives" et dans les monastères de nonnes. Dans notre monde éclairé (trop), il semble que tout se dérègle...
Bien qu'un homme, je sens bien tout ce que tu dis Corinne.

Jp Vaissaire a dit…

Sauf que.... je vais parler au conditionnel: il semblerait que la corrélation entre menstrues et cycle lunaire soit plus symbolique qu'autre chose, puisque inégale de durée de plus d'un jour et demi (mesures scientifiques semble-til, moyennes bien sûr puisque menstrues varient...) Si c'est vrai, que reste-t-il de ce beau symbole???
Tout ce qu'il peut avoir de précieux, justement!
(reste à vérifier et re-vérifier ces mesures)
bonne année à tutti ! et:
je ne suis pas un robot!

j-p gepetto a dit…

Oui, je marque peu les entre-deux. J'inscris l'intention de transiter, d'exprimer en Présence et de Voir-Ressentir la différence.
Grand Hugh à vous deux.
JP Gepetto

Anonyme a dit…

Ai trouvé ce jour sur ce site "Himalayanart" une illustration étonnante qui intuitivement (je ne comprends pas) serait en lien avec ce que vous écrivez
http://www.himalayanart.org/items/207
Ici la même image avec des "focus" https://www.facebook.com/himalayanart/photos/a.10154448517956025.1073742666.48068406024/10154448518561025/?type=3&theater
Mp

Anonyme a dit…

Après une recherche, j'ai trouvé cette explication ... "Les deux éléments de la félicité et de la sagesse sont représentés par le sperme et l'ovule, qui sont ensuite transmutés dans l'utérus de la femme consorte. L'utérus représente le portail d'où nous prenons la renaissance dans le monde en tant que Bouddhas et Bodhisattvas. Cela est représenté par le sang qui sort de son organe secret, à l'intérieur duquel se trouvent de petites figures de Ganapati, qui sont recueillies dans une coupe de crâne."
Mp