mardi 28 mars 2017

Inde du Sud : Odile

.



Que dire de ce voyage, que je peux qualifier d’initiatique, avec pour guide l’énergie ardente de Corinne? des expériences qui ont fait impression au cœur de mon être…
La prière solitaire d’un homme devant un petit temple de Ganesh,
La noblesse d’un sâdhu dans son renoncement,
La dévotion devant la Lumière du Feu de Shiva,
Le regard songeur d’un petit brahmane,
Le chaos maîtrisé de la rue
Virupaksha, la grotte où s’opère la transformation,
Le prasad de Swami Nityananda,
La misère de la grotte délaissée de Papa Ramdas et le dénuement de ses deux vieux gardiens,
Le sourire des petits écoliers,
La cérémonie journalière des offrandes au lingam du Samadhi de Ramanah Maharshi ou de Yogi Ramsuratkumar, qui maintient vivant leur esprit dans ce monde,
La transmission de Mâ Devaki : « Maintenir l’harmonie quel qu’en soit le prix ! »,
Tous ensembles dans les circumambulations (pradakshina), les mantras psalmodiés, le chant de l’Arati, les méditations, le Lullaby pour Yogi,
Les kolams tracés au sol par les femmes, effacés et recommencés tous les matins : l’impermanence, l’éphémère, le changement, la transformation,
Et tout ce pour quoi je n’ai pas de mots…
Odile



.

2 commentaires:

Sandrine Daubrée a dit…

Je ne te connais pas, Odile, mais tes mots-images font revenir tout frais les souvenirs de Tiru gravés en moi... Merci! :-)

Nathalie Christien a dit…

MerciOdilepourtonbeautemoignage
desoleelabarredespacenefonctionneplus
Nathalie