jeudi 25 janvier 2018

JE observe moi


.



L'homme , dit Jean Borella, est victime d'une confusion : il confond son vrai et son faux moi. Ce dernier est le moi empirique, le moi psychique, celui que l'on désigne en disant "moi". 
L'auteur de "La charité profanée" montre que le moi ne saurait être le "JE", car ce dernier saisit et observe le moi comme objet. On ne saurait confondre ce qui voit et ce qui est vu, le sujet et l'objet. 

C'est pourtant ce qui se passe, car le moi qui "n'est pas une réalité" mais un acte d'appropriation capture tout et il capture aussi le "JE" qui s'identifie à lui. Le moi, dit Jean Borella est un menteur, il se donne pour un être alors qu'il n'est qu'un avoir.
Avant la chute originelle, écrit encore Jean Borella utilisant le langage des Pères orthodoxes, le corps était tourné vers l'âme, l'âme vers l'esprit et l'esprit vers Dieu.
Mais l'homme s'est détourné de Dieu, il a écouté le Serpent. L'esprit s'est alors tourné vers l'âme, le "JE" s'est tourné vers la psyché et il s'est confondu avec son propre reflet. 
Ce piège est mortel : Narcisse, en s'identifiant à son image renvoyée par l'eau, s'et noyé. L'immense valeur anthropologique de ce mythe n'est plus à démontrer.
La métanoïa, la conversion, va donc consister à libérer le "JE" de cette fascination exercée par l'âme. 
Pour que l'homme puisse prendre conscience de sa véritable identité, il faut qu'il redresse ce qui a été inversé : le corps doit se tourner vers l'âme, laquelle vers l'esprit, lequel vers Dieu.
Afin de découvrir son "JE" véritable, l'être humain ne doit surtout pas le chercher, mais chercher Dieu seul, car Dieu seul connaît le "JE" de l'homme. L'homme ne peut se connaître réellement lui-même qu'en Dieu. Tous les grands mystiques disent de même.


in "Modernité et désarroi ou l'Âme privée d'Esprit"  
Michel Fromaget  Le Mercure Dauphinois 105/106


.

7 commentaires:

gerard a dit…

" il y a encore du boulot " pour y arriver !

ipapy a dit…

Beaucoup moins de boulot que nous l'imaginons, en tous cas pour découvrir, réaliser que c'est comme ça.Bien sûr vivre à partir de cette découverte est une autre histoire. Découvrons d'abord. JE n'est pas moi. JE est un autre.

Anonyme a dit…

Merci Alain
Karl

j-p gepetto a dit…

Gratitude Alain, pour ce partage Essentiel.
Amitié.
JP Gepetto

gerard a dit…

Je parlais pour vivre a partir de Cela .....Bien sur la decouverte de Cela est instantane et sans effort et sans possibilite de perdre Cela ! Merci a tous , bonne journee .

Loup des steppes a dit…

Oui ce qui est n'est pas toujours facile à dévoiler . Keep going on !

claudie bayod a dit…

Ce livre semble très Intéressant pour éclaircir cette différence essentielle entre JE et moi, si souvent confondus .
Pensons à notre cher Douglas , un génie pour nous mettre sur la Voie.