lundi 21 avril 2014

Neuengamme Matricule 36588

.



C'est un témoignage de déporté très particulier pour nous puisqu'il s'agit du témoignage de Marcel Bayod, le père d'Alain. Comme beaucoup de déportés Marcel s'est tu pendant très longtemps. Impossible de raconter ce qu'il avait vécu , "on ne m'aurait pas cru" dit-il.  Depuis les années cinquante, les anciens du commando de Wilhelmshafen où il a passé la majeure partie de sa détention se sont rassemblés  tous les ans pour se souvenir et célébrer leurs liens indéfectibles. Ils sont trop peu nombreux maintenant et ne peuvent plus traverser la France pour se retrouver à Paris, La Rochelle, Nice ou Dijon. Mais plusieurs d'entre eux ont pris leur plume pour témoigner, raconter l'irracontable. Marcel l'a fait pour ses enfants, ses petits enfants et arrière petits enfants...et pour tous les autres.
Cette parution a été l'occasion de moments forts auprès de lui et d'une solidarité familiale : Alain et moi avons aidé à la mise en forme du récit, Christian un autre de ses fils et Johan un de ses petits fils se sont chargés de la mise en page et de l'édition. 


" J'ai 17 ans, j'habite chez mes parents, dans une bourgade d'un modeste chef-lieu de canton de la Haute-Garonne, Salies du Salat, situé au pied des Pyrénées et je suis garçon coiffeur. Nous sommes en avril 1944 dans la France occupée. La région est calme, pour ma part, je n'ai pas encore vu d'allemands dans le secteur et pourtant..."

Marcel Bayod nous raconte simplement toute la complexité de quatorze mois en enfer, quatorze mois loin de sa famille, quatorze mois qu'il mit près de soixante-dix ans à pouvoir partager à ses proches et à son entourage.


Nous écrire si vous voulez vous procurer un exemplaire.

.

.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

un grand MERCI à Marcel d'avoir trouvé le courage pour le témoignage.
Très certainement je vais le lire.

Johannes

Julie a dit…

OUI moimoimoi !!!! ;-) Je suis toute émue...

Valérie a dit…

Oh oui un exemplaire pour moi aussi !

Johan a dit…

Je le conseille vivement ;-)

Marine Zély a dit…

Je le rangerai précieusement dans ma bibliothèque !

Anne .C.C a dit…

Prise au dépourvu , en visitant votre blog ce matin ...

mon père ,Yves , Camille Courcelles passé sur l'autre rive depuis , a été l'un de ces déportés à Neuengamme ,matricule 40-398...

sa vie en a été définitivement marquée ...

Anonyme a dit…

Bonjour,
je souhaite me procurer le livre "Neuengamme Matricule 36588". Il pourra m'éclairer sur le parcours de mon grand-père qui survivra aux marches de la mort dans les mêmes circonstances que Marcel Bayod. Il portait le matricule 43 512 au camp de Neuengamme, finalement abandonné sur un bateau dans la baie de Flensburg le 1er mai, libéré le 10 mai par les suédois.Ou est-ce que je peux l'acheter, j'habite à Paris; ou le commander?

Je vous remercie

cécile noguès

ipapy a dit…

Bonjour,
Je suis le fils de Marcel Bayod.
Vous pouvez m'écrire à alain.bayod@gmail.com
Pas de problème pour vous envoyer un livre.
Mon père a 89 ans et il vit à La Rochelle en bonne santé.
A vous lire
Alain Bayod