mercredi 31 octobre 2007

Provision de joie


Montrer partout le visage de l'ennui et s'ennuyer des autres. S'appliquer à déplaire et s'étonner de ne pas plaire. Chercher le sommeil avec fureur. Douter de toute joie; faire à tout triste figure et objection à tout. De l'humeur faire humeur. En cet état, se juger soi-même. Se dire : "Je suis timide ; je suis maladroit ; je perds la mémoire ; je vieillis." Se faire bien laid et se regarder dans la glace. Tels sont les pièges de l'humeur.
C'est pourquoi je ne méprise pas les gens qui disent : "Voilà un froid sec ; rien n'est meilleur pour la santé." Car que peuvent-ils de mieux ? (...) Il n'y a qu'une manière de résister au froid, c'est d'en être content. Et comme dirait Spinoza, maître de joie : "Ce n'est point parce que je me réchauffe que je suis content, mais c'est parce que je suis content que je me réchauffe". Pareillement, donc, il faut toujours se dire : "Ce n'est point parce que j'ai réussi que je suis content ; mais c'est parce que j'étais content que j'ai réussi."

Et si vous allez quêter la joie, faites d'abord provision de joie. Remerciez avant d'avoir reçu. Car l'espérance fait naître les raisons d'espérer, et le bon présage fait arriver la chose (...) Et faites confiance au sommeil si vous voulez qu'il vienne. Bref, aucun homme ne peut trouver en ce monde de plus redoutable ennemi que lui-même.

Propos sur le Bonheur d'Alain (l'autre...)
peinture de Robert Delaunay

7 commentaires:

Stéphane a dit…

C'est vrai, c'est carrément vrai, je le sais !

Anonyme a dit…

je confirme.
elisabeth.

claudie a dit…

Superbe texte qui remet les pendules à l'heure.
Soyons attentifs à notre vocabulaire .

gjm a dit…

Alain mon ami le philosophe vésigondin, lu pendant 2 ans de désert en Algérie.Propos sur le bonheur...
Alain est son surnom.

A Claudie : Dieu est ou existe ?

C'est comme cela, les pendules ont tendance à se dérégler toutes seules !

nathalie a dit…

... oulala, j'ai cru me reconnaître, dans ma splendeur du ras les pâquerettes quotidien, comme je le suis bien trop souvent ! (1er paragraphe bien sûr)
Il est plus que temps que je reconsidère (encore et encore) les choses dans le détail, jusqu'à ce que "ça entre" !
Merci beaucoup pour le coup salvateur, j'espère !

philippe a dit…

Oui.Alain a été le premier philosophe de mes débuts de lecture en bouquins.
Son livre:propros sur le bonheur, m'a ouvert sur la réflexion.

Anonyme a dit…

Magnifique, tant par cette peinture que par ce texte d'Alain.
De plus, j'y reconnais un de mes personnages qui se pointe régulièrement.
Bon, c'est comme ça, je n'en rajoute pas ou de moins en moins.
Heureusement le clown s'exprime davantage aussi.
J-P Alain-petto