dimanche 2 mars 2008

Watts again



"On pourrait dire que la méditation n'a besoin ni de raison ni de but. 

Ainsi envisagée, elle se situe à l'opposé de toutes nos activités, exceptées peut-être la danse et la musique. 

Quand nous faisons de la musique, ce n'est pas pour atteindre un certain point, qui serait, par exemple, la fin du morceau. Si tel était le but de la musique, le meilleur exécutant serait évidemment le plus rapide. 

Et quand nous dansons, nous ne nous déplaçons pas pour atteindre un certain endroit, un lieu donné, comme en voyage. Quand nous dansons, c'est le voyage même qui est le but; quand nous faisons de la musique, c'est la musique qui est à elle-même sa propre fin. 

Il en est exactement de même pour ce qui est de la méditation. 

La méditation est découverte que le but est déjà là, dans le moment présent."

Alan Watts in "L'envers du néant" page 51 Denoël

14 commentaires:

Anonyme a dit…

Complètement vrai, je dirais même élémentaire mon cher Watts'son!
yannick

fish-fish a dit…

Je dirais même plus, la vraie méditation commence quand il n'y a pas de méditant!
Waouh quel challenge pour le vivre...
et quand ça arrive, il y a plus personne pour en profiter!

philippe a dit…

200%d'accord,quand je danse ,je danse.J'ai vécu cette dimension sur le chemin de St Jacques.Le but ,c'est le chemin.

Chronophonix a dit…

Ce qu'écrit Alan Watts de la musique peut aussi s'appliquer à l'auditeur attentif : la musique est écoutée pour le plaisir qu'elle procure seconde après seconde, et non pas pour rajouter un tas de sons dans la mémoire. Vraiment écouter la musique est en soi une méditation.

Anonyme a dit…

Je cherche d'autres domaines ou cela s'applique...mais rien en vue. Et vous?
jmarc

jean-françois l a dit…

yes sacrée question...En musique,il s'agit sans doute d'ètre présent à la seconde,pour ètre en musique.Comme le disait le pianiste Mal Waldron"quand je joue,je ne pense pas-je pense après,éventuellement".J'ai pu approcher celà vendredi pour mon premier concert avec Camino(trio jazzy)-quel cadeau!

Ann a dit…

Idem pour le chant. En ce qui me concerne, la seule chose capable d'arrêter mon mental complètement c'est le chant. Je ne peux pas chanter et être "dans le son" ou même, aux moments de grâce, "être le son" si je continue à penser ce que je chante.

Le silence dans la tête est là grâce au relais du corps. Et on en revient à la notion des hommes creux... Etre un véhicule. J'aime beaucoup ce que dit Monsieur Watts.

Mon professeur de chant appelle cela "Les Chants du Silence".

Ann a dit…

Et pour jmarc, comme autre domaines, il y la peinture, l'orfèvrerie, etc,. Mais je pense qu'en fait il s'agit de n'importe quel domaine dans lequel on arrive à un stade ou l'activité de création (écriture, sculpture) ou d'interprétation (chant, théâtre, musique,..), nous permet d'accéder à un état d'ouverture permettant de recevoir l'inspiration.

Enfin, pour l'avoir abordé un petit peu, l'astronomie est un domaine absolument décapant concernant le petit moi, et regonflant (dans le bon sens du terme) concernant notre nature miraculeusement incarnée.

C'est une découverte permanente, sans but ni début. Je pense que tout les chercheurs et les curieux, dans n'importe quel domaine que ce soit, "sont" ce qu'ils font.

Anonyme a dit…

Je rejoins parfaitement l'analyse d'Ann.
La méditation ne fait que nous renseigner ou nous enseigner une chose, une vérité : le divin en nous et dans le monde extérieur.
Je n'ai jamais médité (pas encore...), mais je pense que si l'on cherche de telles réponses, c'est grâce surtout à un appetit intérieur, parce que l'on sent en soi qq chose de lumineux, d'immense, de divin oui.
Ann parle d'un état d'ouverture qu'elle nomme l'inspiration (c'est vrai car tous les domaines artistiques nous réalise), mais on pourrait aussi parler d'aspiration.
Je ressens de plus en plus fort, que cette joie intérieure, celle qui nous apporte paix, lumières, abandon et confiance, doit nous être accordée à plein temps (et là c'est pas gagné, pour moi en tout cas) lorsqu'on pratique effectivement (règulièrement) la méditation.
A méditer.... j'y cours !
Bises fraternelles à vous tous.

Anonyme a dit…

Il y a sans doute à distinguer en musique entre improvisation et partition écrite, en peinture entre une peinture sur le motif et peinture issue de l'imaginaire ... ?


gjm

Anonyme a dit…

L'interprétation de deux artistes, avec partitions, textes appris, ou modèle de peintures ou autre, est une réalité que personne ne peut nier....
D'où ça vient ?

Berit a dit…

la meditation est la presence pour moi.Du moment qu'il y a presence n'apporte quel activite devient meditation.Elle se suffit a elle-meme dans chaque moment,faire la peinture,la cuisine,le tai-chi,le linge...Et en meme temps les choses se font,les tableaux,les repas...Avec le tai-chi,la dance ou la music les resultats sont moins visibles mais tout de meme manifest,c'est plus subtil.
Pour moi le but est que mon existence devient meditation,"que le but est deja la,dans le moment present".Bien evidement ca sera sans moi,c'est sans moi.

Vinie a dit…

C'est l'écrivain Paul Valéry qui disait que si la prose peut être comparée à la marche, la poésie est semblable à la danse: elle n'a de but qu'en elle-même et sa propre beauté est son sens:
Faisons de nos vies des poèmes!

Anonyme a dit…

Je dirais même plus, la vraie méditation commence, quand le "poisson-sans-fish"...
J-P et plus-petto