mercredi 9 janvier 2008

Voeux

Première méditation de l'année :
Tiruvannamalaï 01/01/08


Je nous propose de nous installer vraiment confortablement et que ce moment soit un moment agréable, un moment de repos. Se reposer c’est en faire le moins possible. Laisser le corps s’installer dans une position confortable, de moindre effort. Et observer que lorsque nous sommes tranquillement appuyés sur le sol, que, naturellement la colonne vertébrale repose sur la base, eh bien nous n’avons plus rien à faire. Tout se fait, seul, simplement. Aucun effort pour que le cœur batte, aucun effort pour que les autres fonctions naturelles, même si elles sont un peu dérangées, fonctionnent. Et en particulier celle qui peut nous apprendre tant de choses : la respiration.

En début d’année nous sommes dans les vœux, dans ce que nous souhaitons pour nous et pour les autres. Ce que nous souhaitons recevoir et ce que nous souhaitons donner.
La respiration, c’est ce mouvement incessant de la Vie qui consiste à recevoir et donner, donner, recevoir. Ce mouvement qui est le mouvement de la Vie même, observons qu’il ne peut pas être séparé. L’inspir n’est pas séparé de l’expir. Les deux à la fois sont le mouvement de la Vie. Inspir, recevoir , expir , donner.
Si nous observons non seulement le fonctionnement de notre corps mais aussi celui de tout ce qui vit autour de nous, c’est toujours ce même mouvement, en équilibre.
Donner, recevoir, en équilibre.
Aucune plante ne pourrait pousser, aucun oiseau ne pourrait chanter, aucune particule ne pourrait vivre sans cet équilibre du donner et recevoir. Et nous sommes sans cesse dans ce mouvement de la Vie, donner, recevoir, même si nous n’en avons pas conscience. Ce que nous demande la Voie, c’est mettre de la conscience, de la lumière, de la clarté. Être consciemment ce que nous sommes. En nous appuyant sur notre expérience du souffle, ce mouvement de l’inspir et de l’expir, tranquillement, simplement, voyons ce qu’il en est pour nous, maintenant, à propos de donner et recevoir. Sentons simplement ce que ces deux mots font vibrer.

Recevoir… Donner…
Quelles convictions avons-nous à propos de ces deux expériences de donner et recevoir ? En fait, il s’agit d’observer ce que nous en pensons, la plupart du temps sans voir que nous en pensons quelque chose. Et ce qui va nous permettre de voir que nous en pensons quelque chose et ce que nous en pensons, ce sont les émotions même légères qui se lèvent lorsque nous entendons ces deux mots : donner, recevoir.
Regardons tranquillement ce que nous pensons à propos de ce que nous n’avons pas reçu, tout ce qui crie à l’intérieur de nous à propos de ce que nous n’avons pas reçu, tout ce que nous réclamons encore de recevoir, tout ce que nous demandons encore de recevoir y compris dans notre manière de donner ou de croire que nous donnons. Voyons quelles convictions nous pouvons avoir à propos de recevoir : est-ce que nous associons recevoir au fait d’être un enfant ? Et d’un certain point de vue, c’est vrai. En tant qu’enfant, nous recevons. Mais parfois nous allons plus loin, avec la conviction que seuls les enfants reçoivent et que pour être adulte, il faut donner et uniquement donner. Et nous nous coupons de notre demande de recevoir pour paraître adulte. Que nous dit le souffle ? Que nous disent toutes les manifestations de la Vie en nous et autour de nous ? Donner et recevoir en équilibre.
Quelles sont nos convictions à propos de donner ? A propos de notre incapacité à donner ? Observons comme parfois nous sommes dans la compulsion à vouloir absolument donner…Peut-être encore pour nous montrer plus « adulte » que nous ne le sommes… Sans entendre ce qui en nous crie, ce qui en nous a besoin de recevoir.
Souvenons-nous de la phrase qui dit que l’on peut mourir en paix lorsqu’on a reçu ce que l’on avait à recevoir et donné ce que l’on avait à donner. Les deux. Les deux en équilibre.
La conscience claire d’être sans arrêt, dans nos relations, aux autres, à nous-même dans cet équilibre de donner et recevoir, est une détente.

Cette conscience d’être dans le mouvement de donner et recevoir sans cesse est aussi une façon d’entrer en relation avec le Mystère. Nous pouvons être conscient que « je » donne, « je » reçois, mais aussi de manière plus large, plus impersonnelle nous pouvons sentir le mouvement de la Vie, donner, recevoir. Un échange, une fluidité, une respiration. Donner, recevoir, qui ne m’appartient pas, qui appartient à la Vie.

C’est toujours en fait le même processus : voir et reconnaître que je donne et que je reçois, voir et reconnaître ce que je donne et ce que je reçois, les convictions que j’ai à propos de ce que je donne et de ce que je reçois, et tranquillement, simplement, à partir de mes crispations, ouvrir… La détente d’être simplement ce que nous sommes maintenant nous permet de sentir que tous nos mouvements crispés font partie d’un mouvement plus vaste qui nous dépasse complètement, qui est celui du souffle, celui de la Vie. Il y a une joie tranquille, simple, à participer à ce mouvement, à communier avec ce mouvement, à être un avec ce mouvement.

Ce que nous pouvons nous souhaiter pour ce début d’année c’est d’être vraiment, le plus consciemment possible dans ce mouvement de la Vie de donner et recevoir, avec le moins d’illusions possibles sur nos pensées à propos de , avec le moins de crispations possibles sur ce que je donne, ce que je reçois, ce que je n’ai pas reçu, ce que je ne peux pas donner, ce que je ne recevrai jamais, ce que j’attends de recevoir des autres et que je ne peux recevoir que de Dieu. Ce que je ne peux recevoir que du mouvement de la Vie, du mouvement même de donner et recevoir.

PS : la photo : les saddhus et mendiants du bout de la rue à Tiru...

11 commentaires:

béatrice a dit…

gratitude...
Béatrice

Stéphane a dit…

Merci.

philippe a dit…

Bonjour,j'ai mal au bas du dos,ok,je recois,je m'ouvre.
Merci.

Anonyme a dit…

Merci pour cette méditation. Elle m'éclaire dans mes interrogations.
Yvonne

Anonyme a dit…

Une lanterne sur le chemin vers plus de clarté.
Merci !
Isabelle

mabes a dit…

Merci Corinne,
je reçois avec joie...enfin le sevrage est fini...?!

Anonyme a dit…

OOOh... que de vérité... effectivement, éclairant, lumineux, salutaire.
Merci Corinne, cela me permet de relativiser, il se trouve que j' en ai besoin en ce moment !
Merci-merci
Brigitte

Acouphene a dit…

Je reçois le message et te donne un grand merci comme commentaire !

Corinne a dit…

Reçu 5 sur 5, Acouphène !!

Raphaël a dit…

Merveille ! Merci, merci...
Recevoir tellement... Quelle invitation à se confier, se fier à, se donner s'abandonner... à Dieu.

sandrine a dit…

aaahhh... ça repose, de lire bien cela...
Merci et bisous*